feuilles

Depuis l’été 2018, avec différents intervalles de temps, je dessine les feuilles d’un palmier aperçues depuis chez moi, à travers la fenêtre. Dessinés au départ à l’aquarelle en petit format, certains de ces dessins font apparaître des figures qui s’éloignent du modèle, devenant “étranges” à mes yeux.

Cette recherche a récemment évolué vers un format proche de la taille réelle des feuilles. En plus de l’étrangeté des figures, je m’intéresse à la forme du modèle ainsi qu’à ses mouvements. La force des feuilles qui s’étendent du centre vers l’extérieur, la forme circulaire créée par les extrémités des feuilles, les plis créés par la gravité et le vent, le contraste entre les jeunes feuilles et celles qui se dessèchent… J’ai envie de créer dans le dessin à la fois une structure harmonieuse et une sensation de mouvement. Une “série” se constitue. Les formes similaires se répètent avec des variations. L’idée du “motif” surgit. Je dessine, colorie, découpe. Le découpage permet la multiplication du dessin (partie découpée comme un pochoir), donne la possibilité d’expérimenter des couleurs et matières à partir d’une seule forme. Le volume apparaît. Le papier qui se détache, les feuilles qui tombent, du relief et de l’ombre. Le premier accrochage me donne envie de créer un ensemble, une composition.

Durant ma résidence au Bel Ordinaire, je souhaite développer cette série en ayant un aperçu de l’ensemble des dessins en cours. Il s’agira tout d’abord de comprendre où se situe l’évolution du projet, puis de projeter son devenir avec du recul. J’envisage ensuite d’y expérimenter davantage les questions d’échelle et de matière, afin de créer dans les dessins une perception plus corporelle, de la densité et du mouvement.

Voir sa résidence précédente