Conversations

C’est une expérience qui va puiser les jalons d’un récit en construction en mêlant différents champs artistiques, en s’appuyant sur les échanges et savoir-faire des personnes rencontrées. Cette épopée raconte l’histoire d’un étrange mariage « A Freaky Wedding » – celui de Natach’Apache, (Natacha Sansoz, plasticienne) et Wilden (Henri Devier, acteur). Le récit de nos personnages se fait l’écho des rencontres et cultures des différents pays traversés, tentant de composer les contours d’une Europe dont on peine à écrire une histoire commune. Nous avons sillonné des pays d’Europe et frontaliers (Allemagne, Turquie, Tunisie, Bosnie-Herzégovine…) nous mettant en situation de conversation à travers les rituels du quotidien et les savoir- faire locaux. Ces expériences composent une matière, un outil de transmission immatériel constituant l’épopée de ce mariage, l’occasion de créer des objets (tapis, nappe, assiette, carte, etc) support à cette narration. Cette matière vient habiter un abri de fortune qui abrite le récit de ces deux personnages.

En 2020, le territoire et ses habitants ont été marqués par la période si particulière du confinement, puis par la restriction des rencontres qui a suivi. Le rapport de chacun à l’espace proche, à son environnement direct, en a été renforcé, quand, dans le même temps, des liens sociaux ont été endommagés par le manque de temps collectifs. Je souhaite explorer le rapport entre expériences individuelles et expérience collective. Comment inscrire les récits, les regards et les imaginaires des uns et des autres relatifs à ce qui les entoure dans un récit plus vaste.

L’objet de cette résidence au Bel Ordinaire sera d’approfondir la création d’un espace de convivialité et de diffusion multiple mêlant objets, sons, image fixe et animée. Alors que les liens à l’autre ont été et sont encore remis en cause, alors que nous ne savons pas si demain se vivra ensemble ou chacun chez soi, je souhaite que les écritures artistiques nous réunissent, sur un support commun (la tente et le tapis) lié à l’espace public. Accompagnée par le vidéaste Patrice Rullier et l’artiste multi-média Guillaume Batista Pina, je travaille à la fabrication d’un tapis-connecté en laine composé de motifs traditionnels et de symboles permettant des points d’entrée thématiques du projet (les savoir-faire, habiter, la relation, la femme, la guerre, etc). Par l’intégration de capteurs aux seins de ce tapis, j’ai envie d’expérimenter le déclenchement de vidéos et de sons par le visiteur, suivant sa position dans l’espace de la tente. Ce projet a bénéficié en 2018 du soutien du Contrat de filière Arts plastiques et visuels issu du SODAVI « action innovante » puis de la Région Nouvelle Aquitaine/ Culture Connectée.