La chance qui m’est donnée d’occuper un atelier au Bel Ordinaire m’offre un contexte inédit, propice à questionner ma pratique des arts de la scène en tant que comédien et metteur en scène au regard de l’art contemporain et du design graphique. En effet, les résidences que j’ai effectué jusqu’alors ont toujours été collectives et ont été réalisées au sein de lieux spectaculaires. Cela me conduit à m’interroger sur ce que peut être le travail de l’acteur, de la mise en scène au quotidien hors production et en solitaire, sur d’éventuelles passerelles entre la mise en scène et le commissariat d’exposition. Faire du théâtre est-il possible dans ces conditions : seul et dans un espace d’atelier ? En quoi cela est-il susceptible de transformer ma vision et ma pratique du théâtre ? J’en profiterai aussi pour prendre le temps d’approfondir des recherches dramaturgiques et scénographiques liées aux activités de création de la compagnie des Limbes, pour revenir sur des projets laissés de côté. Enfin, grâce à la collaboration d’Ampli, le duo électro-littéraire « je ne sais quoi » dont je suis la voix bénéficiera d’un temps de recherche axé sur la composition d’un nouvel ensemble.

Des invitations à venir ouïr, voir, partager l’expérience en cours seront peut-être mises en œuvre, au gré de l’avancée de ces explorations, ces tâtonnements.