Extrait de note d’intention (2017) :

« L’environnement dans lequel nous évoluons quotidiennement se réduit à des questions purement fonctionnelles, il m’est alors apparu nécessaire de le questionner afin, qu’ensemble, nous nous le réapproprions. Tel un enfant s’amusant dans sa chambre avec ses jouets, j’utilise notre quotidien comme terrain de jeux pour le donner à voir autrement et le sublimer.

Mes œuvres dialoguent fortement avec le lieu qui les accueille, il en est même le point de départ. En exposant mes œuvres dans la rue il m’est donc apparu évident d’utiliser les voitures, les mobiliers urbains, les terrains de sports comme matière première. Pour chaque projet il s’agit de trouver une cohérence entre l’architecture et la sculpture afin de proposer une création sensible et poétique aux utilisateurs.

Ma formation fait de moi un artiste qui implique naturellement le corps du public. Mes œuvres sont souvent participatives, le passant est invité à vivre une expérience : faire du tennis, s’asseoir, se reposer. En résumé, prendre le temps de vivre la ville différemment.

Pour la résidence au Bel ordinaire, j’aimerais faire une œuvre forte visuellement, un geste pour donner à la façade une dimension singulière et attiser la curiosité des passants. »

« Le terrain de foot en façade »

Le terrain de foot en façade est une peinture murale inspirée d’un terrain de foot. Elle invite à contempler le réel, de simples lignes blanches sur un fond vert. Ce terrain vient s’inscrire sur l’architecture et jouer avec. Entre un luminaire en façade et le chemin piéton, le terrain se dessine sur 2 plans, horizontal et vertical pour trouver sa logique spatiale. Cette pièce suggère une nouvelle appropriation du lieu en espace de jeu.