La résidence de l’artiste Cécile Babiole au Bel Ordinaire, du 7 au au 25 juin 2021, est une résidence partagée avec six anciennes et actuelles élèves de l’école d’art de Pau. Cette résidence s’articule autour des thématiques typographie et genre. Ce temps commun est l’occasion d’échanger, de s’entre-aider et de créer dans un esprit de compagnonnage, chacune apportant ses connaissances et ses questionnements sur le graphisme, le féminisme, l’écriture inclusive, la non-binarité de genre…

Au cours de cette résidence, Cécile Babiole, se propose de créer une police de caractère originale, La Berte pour le collectif Roberte la Rousse dont elle est co-fondatrice.

« La collective Roberte la Rousse développe des projets artistiques et critiques sur les thèmes croisées : langue française, genre et technologie. En 2016, la collective a lancée la projet En française dans la texte qui consiste à traduire en française, c’est-à-dire entièrement à la féminine, des textes provenantes de différentes horizons, grâce à la création d’une règle de démasculinisation systématique. C’est ainsi que les traductions perturbent sensiblement les messages originales. La processus de traduction fait l’objet de performances, d’installations et d’éditions. »

Le nom « Roberte la Rousse » se réfère aux deux dictionnaires français bien connus, le Robert et le Larousse. Le principe retenu est donc de créer La Berte à partir d’une composition de deux typographies emblématiques utilisées par ces deux dictionnaires. Il est prévu que La Berte soit une police open source réalisée dans le respect des bonnes pratiques des fondeuses libres. La Berte a vocation à être employée pour les titres des prochains textes de Roberte la Rousse (livre, affiches).


Après notre résidence, juin 2021 :

Au-delà de nos projets respectifs, cette résidence a été un échange humain enrichissant. Par le biais des conversations régulières autour de nos travaux individuels, les dénommés points médians,  nous avons créé une dynamique collective motivante et bienveillante. Cécile a réussi la vectorisation et les réglages de sa police de caractères et elle a abouti dans sa réalisation de cartes postales reprenant des expressions populaires « à la féminine » : Qui vole un œuf vole une vache. Margot, fraîchement arrivée de son Erasmus à Cracovie a amorcé un projet d’éditions et de chasubles autour de formes graphiques issues de ses dessins produit en Pologne. Elle a aussi passé une grande partie de la résidence à aider Alice qui était là pour préparer son diplôme : une bibliothèque itinérante écoféministe. Pour finir, Léa, Lisa et César ont stabilisé, développé et vectorisé les 26 lettres de l’alphabet d’une police de caractères inclusive et non binaire ; un projet commun démarré lors du confinement en novembre 2020.