Avec sa triple casquette de critique, d’enseignante et de commissaire d’exposition, Élodie Bernard soutient et défend la création émergente. La création en région, en retrait des grands pôles de diffusion, l’intéresse tout particulièrement et elle privilégie les relations directes, fortes et sur le long terme avec les artistes dont elle présente le travail. Quand nous avons reçu sa candidature pour cette résidence de recherche, c’était un peu comme de rencontrer une amie avec qui nous partagions déjà beaucoup de valeurs. Elle est arrivée vendredi 10 avril à 11h, l’occasion de la rencontrer par écrans interposés !

Samedi 18/04 -
Élodie rencontre Lola Meotti, artiste-commissaire basée à Bruxelle

Samedi 11/04 -

Accueil d’Élodie en résidence confinée

NOTE D’INTENTION

Je souhaite, à travers cette résidence menée à distance, pouvoir étendre ma connaissance de la scène artistique contemporaine qui se développe en région de Pau et la promouvoir. Il sera alors question d’aborder cette résidence comme une résidence de prospection, en fonction de la situation actuelle, le confinement. Contrairement à ce qui était prévu, les visites s’adaptent sous formes d’entretiens. Les matins seront consacrés à l’écriture et les après-midis aux visites entretiens d’ateliers. L’art ne s’arrête pas, les échanges non plus et ils nous sont rendus possibles grâce aux réseaux sociaux et à internet.

La résidence prend alors la forme d’un dispositif d’immersion virtuelle : un entretien de 3 à 4h comme si nous étions dans l’atelier. L’écran posé ici, une tasse de thé, de café à la main, ou une bière selon l’heure. Ayant bien conscience des limites de ces outils dans l’appréhension de l’œuvre, il s’agit surtout d’un temps fort de travail qui me permettra un premier contact avec les artistes avant de revenir lorsque le monde aura repris son rythme de croisière.

Ce dispositif, bien que sommaire, vise à élargir l’échange, au-delà de la simple présentation classique de la démarche de l’artiste, vers une rencontre plus longue, plus profonde, plus propice à saisir la démarche dans son entier, à entrer dans le quotidien de l’artiste.

C’est aussi une autre façon – en s’adaptant – de créer des liens avec les différents acteurs de la création contemporaine présents sur le territoire.

Ainsi, en attendant l’après, je proposerai une restitution de ces entretiens que je relaterai sous forme de portraits d’atelier, de journal quotidien, d’images. Ce sera mis en ligne au fur et à mesure sur la page internet du Bel Ordinaire dédiée à la résidence, son Instagram ainsi que mon compte personnel regard_b.