Je recherche actuellement des nouvelles pistes dans mon travail d’installation dans lequel je m’intéresse aux confrontations créées entre mes peintures et les matériaux bruts que j’ajoute (ex : objets, briques, tissus, bois). Les relations entre ces éléments permettent une vision plus globale et non isolée de mes peintures. Je voudrais approfondir cet aspect pour faire apparaître une sorte de territoire de peinture. Dans la poursuite de cette recherche, je souhaite réaliser durant ce temps de résidence au Bel Ordinaire une série de peinture-matière, c’est à dire des peintures qui ne présentent pas de support, où je m’intéresse à la matière pure de la peinture et à la dualité entre le recto lisse (décollé d’une bâche plastique) et le verso rugueux. Le but est de mélanger cette série avec une série de peintures sur papier, dans une installation. J’ai l’intention de travailler l’articulation de ces deux séries dans l’espace, afin d’explorer l’aspect immersif et hétéroclite de mes installations. Il s’agirait d’un essai préalable à la réalisation d’un projet que j’aimerais réaliser par la suite, un labyrinthe de peintures aux multiples natures : peinture-matière (peinture sans support), peinture-geste (peinture peinte avec le corps), peinture-vidéo (stop motion autour de la construction / déconstruction de peinture), peinture-sculpture (composition de peinture avec des objets hétéroclites).