Le numérique bouleverse les pratiques de création, il remet en question en permanence la position et le regard des designers, graphistes et artistes. Et bien au-delà, il transforme nos modes de vie et modifie notre regard, notre rapport au monde, aux autres, aux images et aux sciences. De nouveaux média impliquent de nouvelles médiations : voir, lire, comprendre et créer n’ont plus tout à fait la même signification. Ce qui était facilement visible, palpable ne l’est plus. Ce qui était invisible et impalpable peut devenir visualisable et tangible. Parallèlement, le monde semble s’être considérablement complexifié et on cherche dans les données des traces et des indices qui seraient alors un moyen d’automatiser une certaine compréhension du monde.

Dans l’exposition Dé-dissimulation, il s’agit pour le collectif .CORP d’interroger ce que le numérique peut dissimuler du réel et ce qu’il peut simuler, ce qu’il peut dévoiler, permettre de comprendre, d’éclaircir ou au contraire recouvrir ou obscurcir, enfin ce qu’il peut révéler comme potentiel poétique et politique dans des dispositifs techniques.

.CORP, qui se positionne entre graphisme et design, présente dans cette exposition une série de pièces témoignant de sa démarche entre expérimentation artistique, curiosité scientifique, information didactique et réflexion politique. De l’installation numérique au jeu vidéo en passant par la cartographie de réseaux, les différents formats que prennent les propositions n’empêchent pas de percevoir ce qui les traverse : la déconstruction du mythe d’une neutralité technique ou de la capacité des données à refléter objectivement la réalité ; le tissage du lien entre données individualisées et le plan du collectif, des communs ; ou encore le pouvoir de la représentation d’informations ou de la simulation algorithmique pour faire apparaître des motifs, des relations, des comportements jusque-là imperceptibles.