design graphique

Après la visite de l’exposition Regarder, à vous de créer votre affiche pour affirmer haut et fort vos propres revendications. Mais quoi me direz-vous ? Et bien, tout et n’importe quoi ! Des affiches pour dire « oui à 10h » et « peut-être à 10h10 », des réclamations pour dire « Et ceci, Et cela », de l’absurde ou du sens, un chant poétique.

Intervenante : Clémentine Fort, plasticienne
Publics : enfants à partir de 6 ans, accompagnés d’un adulte. Durée : 2 h. Gratuit

Sur inscriptions uniquement au 06 84 77 46 53 / cl. lambert@agglo-pau.fr

Le programme des ateliers des vacances de février est ici

Aller plus loin

Clémentine Fort

Clémentine Fort est artiste plasticienne et membre fondateur de la Maison des Éditions Pyrénées.

Elle vit et travaille à Pau et a été formée dans les écoles d’arts de Pau et de Nantes. Elle développe depuis 2005 un travail qui met en jeu la sculpture, la photographie et l’écriture. Son travail a été diffusé au musée de la céramique de Samadet, lors du parcours des collectionneurs à Paris ou encore à ActOral à Marseille. Elle a collaboré avec Julien Blaine et ses textes sont parus aux éditions Collodion et Al Dante.

À Paris, ses expériences professionnelles dans le domaine de la décoration d’intérieur l’ont amené à réfléchir sur les codes fonctionnalistes et esthétiques de notre environnement quotidien. Depuis lors, les objets et installations qu’elle produit allient une poésie du défaut à une stratégie de l’accident, pour perturber et mettre en crise le rapport intime que nous entretenons avec un environnement préfabriqué par l’industrie. Les objets qui dérangent est la troisième exposition personnelle de Clémentine Fort, c’est aussi le résultat d’une année de recherche menée entre 2013 et 2014 dans le département Céramique de l’école des beaux-arts de Tarbes.

Enfin, en 2016 l’Aide Individuelle à la Création et la résidence de recherche au Bel Ordinaire ont permis d’amorcer une nouvelle étape de travail qui a donné lieu à l’exposition Paysages domestiques (2017) dans laquelle les ensembles de pièces présentées sont pensés en terme d’ « environnement ». Les expositions collectives Yöp et Glissement de terrain ont été l’occasion d’affirmer ce désir.

Aujourd’hui, une nouvelle orientation portant sur la dimension temporelle est en cours d’exploration avec un projet qui a pour titre Le futur n’existe pas.

Sur le web : Clémentine Fort