La démarche artistique de Thierry Guibert est tournée vers l’utilisation, l’expérimentation, le détournement et l’interrogation des arts via l’ordinateur. A l’origine de cette orientation, son intérêt dès ses débuts à l’école des Beaux-arts pour le processus générateur d’objets ou de formes plutôt que les objets et formes produites, ainsi que son obsession constante à naviguer d’un domaine à un autre, qu’il soit sonore, visuel, philosophique, mathématique ou performatif.

Pour cette exposition, il présente En bref, Mécanique Générale, Enveloppes temporelles et Solaris, pour nous permettre de partager sa démarche et ses questionnements. (sous réserve de modifications).

- « Mécanique Générale », une installation interactive qui permet au spectateur de recombiner à sa guise le film de Dziga Vertov : « L’homme à la camera ». A l’aide d’une manette de jeu-video l’interacteur assemble les 1500 plans-séquences du film puis navigue au travers des images spatialisées dans un univers 3D.

- « Enveloppes temporelles », une série de photographies numériques tirées de l’histoire du cinéma. En suivant la technique du SlitScan, l’ordinateur à analysé toutes les images des films puis a généré de gigantesques panoramiques qui déplient leurs temporalités dans l’espace d’exposition. « TRON », « 2001, L’Odyssée de l’espace » et « Stalker » deviennent ici des paysages abstraits habités de multiples figures et de rythmes étonnants.

- « En bref », un remixage de journaux télévisés dont seul le souffle des journalistes devient une matière informante.

Pour des informations complémentaires sur les œuvres de Thierry Guibert : www. thierryguibert.fr