Mike Tyson, boxeur de génie, est autant connu pour ses prouesses sportives que pour l’histoire qui a entaché sa carrière, le viol de Désirée Washington. Eric da Silva, auteur d’une dizaine de textes pour le théâtre, s’est inspiré du fait pers pour livrer un texte drôle, vif et poignant.

La pièce s’attache à suivre de près la suite d’évènements qui font qu’une personnalité se construit, sur des bases plus ou moins solides, qu’elle défaille ou s’affirme. Elle n’occulte ni la violence ni les failles du boxeur, mais révèle son aspect humain, sa sincérité, sa naïveté voire son manque de conscience. Écrite dans une langue riche et vivante, une langue qui transpire, cette pièce est principalement interprétée par une comédienne qui ne s’économise pas, Catherine Schuhmacher.

« Une femme pour incarner la brute sur le ring, une femme pour raconter la rue, le foyer, l’absence de la mère, la rencontre avec Désirée. Catherine Schumacher est Mike Tyson, l’enfant, l’adolescent, le champion, le déchu, elle est aussi la femme violée, celle qui envoya le champion derrière les barreaux pendant 6 ans. [… ] Mais le ring ne serait pas ring sans l’autre, l’adversaire, l’ami, le miroir. Henri Devier n’est jamais absent de la scène, personnage presque muet à l’incroyable geste burlesque. Ajoutant ce qu’il faut de poésie déjantée pour nous rappeler qu’avant tout nous sommes au Théâââtre. Et qu’ici au moins tout peut être jeu. »
S. P BORDEAUX 7, 2007

Texte et dramaturgie : Eric Da Silva, mise en scène : Henri Devier, actrice : Catherine Schuhmacher, avec : Sandra Gomes et Henri Devier, scénographie et décors : Philippe Roux et Sandra Gomes, création lumière : Florian Dufour, création bande son : Christian Candeau, costumes : Pierrette Mainot, production /diffusion : Quentin Dulieu

Une production de la compagnie Melkior Théâtre, avec le soutien de l’OARA, le Pôle Culturel Intercommunal, anciens abattoirs (Billère), La gare mondiale


Réservation, renseignements : 05 59 72 25 85
Tarifs : de 3 à 5 €