Travelling natures est un projet d’art numérique lié aux représentations du territoire et des communautés qui y vivent. Basé sur un principe de cartographie sonore, le projet prend la forme d’un dispositif multimédia, à la fois nomade et ouvert. Il intègre une somme de données sonores et vidéographiques collectées au cours des différentes migrations du projet. Travelling natures inclut une démarche prospective auprès des populations issues de contextes territoriaux et culturels différents. Ce projet se construit depuis 2009 autour de cycles de résidences et d’expositions en France, à Labège, Saint-Denis, dans l’agglomération paloise, en Indonésie, sur les îles de Java et Bali. Travelling natures est porté par une équipe pluridisciplinaire composée de Jean-Paul Labro, artiste, vidéaste, Lyn Nékorimaté artiste et plasticienne sonore, Manuel Deneu, musicien et programmeur qui a pris le relais de Benoît Courribet chercheur au Centre de recherche en Informatique et de Création musicale à l’Université de Paris VIII (C. I. C. M. ), et ponctuellement, sont mise en place d’autres collaborations artistiques et scientifiques notamment dans le domaine des sciences humaines…

Cette résidence de recherche et de création va permettre à l’équipe artistique de réaliser une nouvelle vidéo, en s’appuyant sur une méthode collaborative et participative impliquant les habitants de Billère. Il sera également question d’augmenter les collections déjà entamées sur les autres territoires et de préfigurer un nouveau volet de diffusion du projet.

Cette résidence est suivie d’une exposition du 21 janvier au 28 mars 2015 dans la grande galerie du BO.

Collectif Ding

Le Collectif Ding réunit Lyn Nékorimaté (artiste plasticienne sonore) et Jean-Paul Labro (artiste multimédia et vidéo).

Depuis sa création en 2011, le collectif Ding a mis en œuvre plusieurs chantiers de production et de diffusion qui se situent à la croisée des pratiques, des médiums et des genres. Leurs créations plastiques, vidéos, sonores, performatives, multimédias et architecturales forment un ensemble d’objets autonomes qui trouvent dans le récit de l’exposition un énoncé de leur démarche qui s’appuie sur la nature in progress du projet, la mobilité, l’intention collaborative et la volonté de transmission. Le duo d’artistes travaille en immersion lors de résidences durant lesquelles ils impliquent régulièrement des habitants dans leurs processus de réalisation, mais aussi d’autres créateurs.

Le collectif Ding questionne divers sujets qu’ils font se croiser, se rencontrer et se lier au cœur de leur travail. La communauté, le territoire, l’environnement, la mémoire des lieux sont autant de sujets qui les intéressent. Leur projet Travelling Natures est animé par des questions liées au récit, aux micro-communautés pour leurs modalités d’actions concrètes dans l’environnement, leurs représentations et objets rituels, dans les dimensions du sacré et du profane.

Texte de Michel Gerson, Galerie Paradise, Nantes 2016