Le Bel Ordinaire en partenariat avec la Ville de Mazères-Lezons, a lancé un appel à candidatures en octobre 2010 pour la réalisation d’une œuvre dans l’espace public.
C’est Christophe Clottes, installé à Pau, qui est lauréat de cet appel à projets. Cet artiste plasticien formé à l’École des Beaux-Arts de Toulouse, réalise des installations qui interrogent nos perceptions et tentent de nous dégager d’un état statique ou d’y échapper.

Après plusieurs repérages effectués à Mazères-Lezons, Christophe Clottes est frappé par la géographie de la commune « ce qui retient mon attention, c’est une impression d’imbrication des zones résidentielles, agricoles, commerciales, la coexistence directe entre le jardin et le pavillonnaire, un parking public et un pré à vaches, ou encore un équipement sportif, un champ de maïs et un axe de circulation… Les espaces sont tracés, les limites défi nies, mais on sent bien qu’ils sont mouvants. »
Poursuivant son travail autour de la création de modules, le projet qu’il imagine ici prend la forme de troupeau de petits êtres spatiaux, sortes de micro architectures évoquant une forme de vie animale et géométrique, déplaçables dans la commune, pour « pâturer » ici, être parqués là, accueillis par des collectivités ou des particuliers.
L’artiste produit ainsi un territoire « incertain », qui prend sa mesure en fonction des relations que l’on établit avec lui, venant se superposer à l’existant, un ensemble de micro-espaces à découvrir, à expérimenter.

Christophe Clottes

Né en 1968. Il vit et travaille à Pau. Christophe Clottes s’intéresse aux détails de la montagne. Sur les chemins de randonnées, l’attention est captée par ces grands rochers erratiques, détachés de falaises ou poussés par des glaciers aujourd’hui disparus. Cette fascination se traduit par un jeu de dessin entre l’œil et la main qui trace les détails d’une forme, dans une épure sensible. Depuis peu, c’est l’intérieur même des cailloux qui attise l’intérêt de l’artiste. Ces pierres charriées par les rivières, polies, sont éclatées pour en révéler l’intérieur, invisible témoin d’une histoire géologique.