Extrait de note d’intention (2017) :

« L’environnement dans lequel nous évoluons quotidiennement se réduit à des questions purement fonctionnelles, il m’est alors apparu nécessaire de le questionner afin, qu’ensemble, nous nous le réapproprions. Tel un enfant s’amusant dans sa chambre avec ses jouets, j’utilise notre quotidien comme terrain de jeux pour le donner à voir autrement et le sublimer.

Mes œuvres dialoguent fortement avec le lieu qui les accueille, il en est même le point de départ. En exposant mes œuvres dans la rue il m’est donc apparu évident d’utiliser les voitures, les mobiliers urbains, les terrains de sports comme matière première. Pour chaque projet il s’agit de trouver une cohérence entre l’architecture et la sculpture afin de proposer une création sensible et poétique aux utilisateurs.

Ma formation fait de moi un artiste qui implique naturellement le corps du public. Mes œuvres sont souvent participatives, le passant est invité à vivre une expérience : faire du tennis, s’asseoir, se reposer. En résumé, prendre le temps de vivre la ville différemment.

Pour la résidence au Bel ordinaire, j’aimerais faire une œuvre forte visuellement, un geste pour donner à la façade une dimension singulière et attiser la curiosité des passants. »

« Le terrain de foot en façade »

Le terrain de foot en façade est une peinture murale inspirée d’un terrain de foot. Elle invite à contempler le réel, de simples lignes blanches sur un fond vert. Ce terrain vient s’inscrire sur l’architecture et jouer avec. Entre un luminaire en façade et le chemin piéton, le terrain se dessine sur 2 plans, horizontal et vertical pour trouver sa logique spatiale. Cette pièce suggère une nouvelle appropriation du lieu en espace de jeu.

Benedetto Bufalino

Benedetto Bufalino (1982) vit et travaille à Lyon et Paris.
Il est diplômé d’un brevet de technicien supérieur en architecture intérieure en 2003 et d’un diplôme supérieur d’arts appliqués en design d’espace à la Martinière à Lyon.

Confronté à la vie active, Benedetto Bufalino tente de fabriquer un monde à sa façon avec la volonté de transformer les espaces de ses contemporains en univers festifs, drôles et surprenants voire absurdes. Pour faire advenir ses idées dans le monde réel, il répond à de nombreux appels à projets, et est notamment sélectionné pour la Fête des Lumières de Lyon en 2007 avec le projet de transformer une cabine téléphonique banale en aquarium de 2m3 d’eau et 69 poissons. Depuis il n’a cessé d’intervenir dans des lieux publics à Marseille, Genève, Bordeaux, Toulouse, Biarritz, Ljubljana, Singapour, Moscou, Montréal, allant même jusqu’à intervenir sur l’île Maurice. Jouant avec les éléments environnants, il se sert du quotidien comme terrain de jeu en remplaçant par exemple le moteur d’une voiture par un barbecue, en retournant une Super 5 pour en faire un pot de fleurs, en surélevant une caravane à 14m de hauteur, etc. Si le motif de la voiture revient souvent dans son travail, c’est uniquement car elle est présente dans l’espace urbain de façon récurrente, mais sa préoccupation première est le contexte dans lequel s’inscrivent ses formes afin de les faire exister comme des oeuvres à part entière. En 2014, son travail a été sélectionné pour intégrer le Réseau Documents d’artistes Rhône-Alpes. Il a par ailleurs été invité par Paul Ardenne pour participer à l’exposition collective Motopoétique au Musée d’art contemporain de Lyon où il montra un Vélo’v customisé à la façon d’une moto en carton. Depuis, des centres d’art lui proposent d’intervenir dans leurs espaces : le centre d’art de Labège, près de Toulouse, en labyrinthe fait de cimaises blanches sur 200m2.

Sur le web : benedettobufalino.com / documents d'artistes Rhône-Alpes