« Elvia Teotski fouille la matériologie organique. Les substances qu’elle travaille — le sucre, le papier azyme, l’agar-agar, la gélatine — oscillent entre le vivant de leur origine et une apparence synthétique. Ce sont des matières dont on tire, industriellement, des utilisations culinaires, et que tout un chacun a absorbées un jour.

Parce qu’elles sont organiques, elles sont particulièrement sensibles aux changements atmosphériques, ce qui leur confère à la fois une certaine plasticité (on peut les mouler, les sculpter) et une fragilité extrême dans les cas où les conditions de température et d’hy- grométrie deviennent incertaines. En cela, ces matières ont un rapport à la fois formel et conceptuel avec notre corps. »

Extrait du texte Une cosmologie entropique de Sylvie Coëllier

Elvia Teotski

Elvia Teotski est née en 1983 à Toulouse, elle vit et travaille à Marseille.

Diplômée des Beaux-Arts de Toulon, le parcours de base d’Elvia Teotski ne la destinait pas à la pratique de l’art ! Son cursus s’est d’abord inscrit dans le champ scientifique et, plus précisément, dans le domaine de l’agronomie.

Outre les apports d’une telle formation au plan méthodologique et expérimental, cette initiation a ainsi constitué le terreau d’une démarche fondée sur l’appréciation « culturelle » de phénomènes « naturels ».
Elvia poursuit actuellement ses recherches artistiques dans les ateliers de la ville de Marseille.
Sélectionnée pour la Biennale des Jeunes Créateurs d’Europe et de Méditerranée d’Ancona (Italie) en 2013, son travail a été présenté à l’Espace d’Art Concret de Mouans-Sartoux et au Château de Servières à Marseille en 2014 et, plus récemment, au Musée d’Art de Toulon pour l’exposition collective UptoDate et au Festival Oeil d’Oodaaq à Rennes et à Nantes.

http : //www. elviateotski.com/