« Mes dessins et mes peintures sont presque toujours narratifs. J’aime bien que cela raconte des histoires. C’est autobiographique au début, jusqu’à ce que je me détache et crée une nouvelle situation. J’utilise mon propre personnage ou des personnages de fiction jusqu’à ce que je me rapproche d’une nouvelle question ou d’un thème.
Quand je raconte des histoires en peinture, dessin ou en bd, souvent c’est l’humour ou l’absurde qui met le point final. »

Clémentine Guichard

Après des études aux Beaux-Arts de Pau en 1996 et un premier emploi comme cadreuse vidéo dans une école de Sport à Bordeaux, j’ai travaillé comme dessinatrice à partir de 2004, « à la commande », en illustration textile, pour des livres de choses pour les enfants et pour la presse jeunesse.

Pour trouver du travail dans cette branche, je développais à côté une recherche plus personnelle en dessin, sur des tee shirts que je faisais imprimer, puis des séries de fiction « à gags », en bande dessinée, et des histoires autobiographiques humoristiques pour petits et grands.

En 2009, je suis partie vivre à Berlin, et j’ai surtout été cuisinière, pâtissière, serveuse, barman, pour gagner ma vie. Mais mon intérêt « artistique » principal était de reprendre en main, avec un collectif, la librairie-bibliothèque de bandes dessinées associative « Renate Comics », créée par des dessinateurs après la chute du mur - et qui avait des difficultés financières depuis quelques temps. Ensemble nous participions à faire « re-vivre » la BD indépendante en Allemagne, en créant (pour ma part) des échanges avec des éditeurs et des auteurs francophones, par des dépôts ou par l’acquisition de livres, en vente ou à l’emprunt. La partie magasin servait à notre collectif (composé encore de dessinateurs), de point de vente pour nos productions, parmi celles des autres artistes. J’ai continué à dessiner et à faire des BD dans ce contexte, très libre, de l’auto-production, et surtout axé sur la BD expérimentale, dont je me suis inspirée grâce au fonds incroyable de la partie bibliothèque quant aux auteurs américains underground des années 70 que je ne connaissais pas en France.

Je me suis retrouvée aussi, sans faire exprès, musicienne (chant, clavier) dans le groupe de punk new wave « Bananarchie » pendant deux ans, et j’ai utilisé le groupe comme support pour mon dessin. J’ai commencé à peindre les affiches du groupe, avec une nouvelle technique, en m’inspirant d’images populaires détournées et j’ai produit une bande dessinée sur le trac d’être chanteuse suivie d’une exposition au festival Traffic de Bergerac.

A Berlin, on fait toujours plein de choses en même temps, alors j’ai travaillé aussi ponctuellement comme assistante médias. D’abord pour la plateforme de films documentaires en ligne « Relayez TV » et le festival des droits de l’Homme « One World Berlin ». J’ai par la suite dessiné des mini-reportages sur la ville, et rédigé des articles culturels pour leur blog. Puis j’ai organisé et diffusé des expositions de dessinateurs amis en BD et en photo, dans le cadre d’une galerie éphémère, « Foxhole Galerie » ou de « Renate Comics ».

Après presque 8 ans de vie urbaine, culturelle intense dans cette énorme ville, je suis « revenue » à Pau, par besoin de retrouver ma langue, un repère géographique, et de me rapprocher de la nature.

J’ai commencé depuis plusieurs mois à me former chez des cultivateurs de plantes diverses et parallèlement, en botanique, pour acquérir des connaissances sur l’histoire et l’utilisation des végétaux. J’ai découvert, entre autres, la teinture végétale qui m’a tout de suite plu. Et je me pose aussi de nouvelles questions, liées au développement durable et à l’environnement. J’intègre petit à petit ces nouveaux éléments à ma production plastique et j’aimerais partager plus tard ces connaissances avec un public. Je cherche comment le faire, quelles formes ou quelles manières utiliser pour cela.

La résidence au Bel Ordinaire va me permettre d’expérimenter en utilisant de nouveaux matériaux (la teinture, les végétaux), de rechercher avec les outils que j’ai déjà aussi, le dessin, la couleur, la narration… Et de pouvoir échanger avec mon entourage.