Lola Meotti récupère sur internet des séquences vidéos préexistantes qu’elle retravaille pour isoler des micro-narrations. Son travail prend la forme d’installations vidéo-sonores qui interrogent l’espace et plus largement l’identité et la place de l’homme.

Sa résidence au Bel Ordinaire est l’occasion de s’intéresser à la notion de chute, notamment par le biais de la pratique du parachutisme et à son image dans l’imaginaire en tant que « matière-à-fantasme-collectif ».

Lola Meotti

Née en 1986 à Besançon en France, diplômée des Beaux-Arts de Besançon (DNAP), titulaire d’un master en photographie et d’un master en sculpture de l’ENSAV (La Cambre), Lola Meotti vit et travaille à Bruxelles.

Elle est artiste vidéaste associée au centre culturel les Halles de Schaerbeek à Bruxelles, régisseuse au BPS 22 à Charleroi, et est également assistante dans l’option Photographie de La Cambre.

Artiste plasticienne basée à Bruxelles, elle participe à de nombreuses expositions à Bruxelles, Gand, Liège, Rennes… Elle réalise des installations composées de vidéos, d’images, de sculptures. La mise en espace et l’agencement de ses éléments font partie intégrante de sa démarche, et s’adaptent à l’architecture du lieu de l’exposition. Elle travaille essentiellement à partir d’images existantes, ou de séquences vidéos issues d’archives privées ou institutionnelles, puis elle découpe, zoome, isole des micro-narrations.

Ses recherches s’articulent autour de la notion de lieu comme espace de projection mentale. Les images retravaillées tentent d’activer une mémoire collective chargée d’émotions comme la peur, l’attirance, ou la fascination. Il est question d’espace, d’identité, et de quête, mais comment se situer sur des axes dont on ne discerne pas les extrémités ?